Défiscalisation Immobilière

Pour les contribuables soucieux de diminuer la pression fiscale liée à l’imposition sur les revenus, la défiscalisation immobilière est une aubaine. Tout en bénéficiant de sérieux avantages fiscaux, l’investisseur développe son patrimoine et prépare ainsi au mieux sa retraite grâce à des revenus complémentaires.

Il existe plusieurs possibilités de défiscalisation immobilières, même si certains ne sont plus en vigueur aujourd’hui. Afin d’optimiser l’investissement et le gain fiscal réalisé, il convient de choisir le plus adapté à la situation du foyer.

Des dispositifs de défiscalisation à la portée de tous

La loi Scellier, est sans nul doute le mécanisme de défiscalisation le plus populaire en France. De nombreux contribuables ont choisi d’investir dans l’immobilier locatif par le biais de ce dispositif. En effet, il permettait de bénéficier d’une réduction d’impôt équivalente à 25% du montant de l’achat immobilier (maximum). Malheureusement, l’Etat a fait le choix de supprimer ce mécanisme de défiscalisation en 2013.

Les lois Duflot et Pinel, ont succédé au mécanisme Scellier mais avec beaucoup moins de succès. En cause, les conditions à respecter pour y être éligibles qui sont plus lourdes.

Ces dispositifs de défiscalisation sont indissociables d’un financement par crédit immobilier. En effet, pour profiter au maximum de l’avantage fiscal, il est indispensable d’amortir cet investissement sur plusieurs années.

A la portée du plus grand nombre, on trouve aussi le Location Meublée Non Professionnelle (LMNP). Ce mécanisme a l’avantage d’être pérenne dans le temps, contrairement aux différentes lois qui dépendent des gouvernements en place. Cette stratégie de défiscalisation immobilière permet à l’épargnant de déduire l’intégralité des charges inhérentes à la location.

La défiscalisation immobilière au service de la protection du patrimoine français

Il existe des mécanismes de défiscalisation pour promouvoir l’acquisition et l’entretien des beaux produits immobiliers français. Dans ce sens, la loi Malraux crée en 1962 incite à la restauration des biens immobiliers protégés. L’investisseur aura accès à une déduction totale équivalente au travaux de restauration réalisés, et ceci jusqu’à 100.000 euros. Bien entendu, ce n’est pas tout le monde qui peut effectuer un placement immobilier comme celui-ci, néanmoins c’est une opportunité non négligeable pour les contribuables à haut revenu.

La loi « Monuments historiques »est typiquement l’un des mécanisme phare pour inviter les particuliers à préserver le patrimoine français. Les contribuables qui font le choix d’investir dans le cadre de ce mécanisme de défiscalisation ont le privilège de ne pas intégrer le bien associé au calcul de leur Imposition Sur la Fortune (ISF). D’autant qu’en cas de transmission, le bien immobilier est totalement exonérés de droits de succession.

Enfin, pour les ménages attirés par les investissements exotiques, la loi Girardin est particulièrement appropriée. Elle permet de bénéficier de déductions fiscales dans le cadre d’investissements immobiliers professionnels ou non dans les DOM-TOM.

Il faut savoir qu’en cas de rachat de crédit immobilier, les avantages fiscaux liés à un dispositif de défiscalisation peuvent être annulés si le prêt associé est intégré à l’opération.